Frais de notaire donation

À jour en Mai 2018

Écrit par les experts Ooreka

 

Le montant des frais notariés dépend des actes accomplis et de la valeur des biens concernés.

De son vivant, la donation permet d'avantager un héritier ou un tiers à sa succession, en lui transmettant tout ou partie de son patrimoine.

La donation est soumise au paiement de droits de donation, et le cas échéant, de frais de notaire pour la donation.

Frais de notaire : quels sont-ils?

La rémunération due au notaire dans l'exercice de ses fonctions est strictement réglementée et fait l'objet d'un tarif : les clients sont ainsi rassurés grâce à la transparence de cette tarification.

Définition des frais de notaire

Le montant qui est payé au notaire, et qui est appelé communément « frais de notaire » englobe tous ces postes :

  • Les droits et taxes : ils représentent environ les 8/10èmes des frais. Ils sont perçus et reversés à l'État pour le compte du client. Ils varient suivant la nature de l'acte rédigé par le notaire, et selon la nature du bien.
  • Les déboursés : ils représentent le dixième des frais. Il s'agit de l'ensemble des sommes qui ont été déjà payées par le notaire pour le compte de son client, et qui ont rémunéré tous les intervenants à l'acte (administrations, prestataires, etc.). Les déboursés englobent également le paiement de frais dits exceptionnels, comme le coût des déplacements du notaire.
  • Enfin, la rémunération du notaire : ce poste, affecté au paiement des charges de l'office notarial, et notamment le salaire du notaire et de ses collaborateurs, représente le dixième des frais.

Le notaire est rémunéré par le client au moyen :

  • d'émoluments : rémunération réglementée qui s'applique lors de l'accomplissement de missions de rédaction d'actes notariés ;
  • d'honoraires : rémunération librement négociée entre le notaire et son client pour l'accomplissement de missions de conseil.

Hormis pour son activité de conseil auprès de ses clients, le notaire est soumis à un tarif unique fixé par le décret du 8 mars 1978, qui a fait l'objet d'une actualisation en février 2011 puis en février 2016. Cela signifie que le prix des prestations du notaire est le même, quel que soit le client ou la zone géographique.

On dit que le tarif est soit fixe, ou soit proportionnel, et fonction du montant faisant l'objet de la convention notariée. 

Le prix que doit alors payer le client du notaire dépend du nombre d'unités affecté à chaque acte (on les appelle « unités de valeur ») ou d'une grille tarifaire.

Le tarif englobe le coût de toutes les interventions effectuées par le notaire dans le cadre de sa mission, qu'elles soient impératives ou facultatives.

À savoir : le notaire perçoit des émoluments pour tous les actes tarifés (vente, actes de succession, donation, contrat de mariage, etc.), mais il peut bénéficier d'honoraires libres pour des actes non tarifés (conseils).

Les émoluments

Les émoluments peuvent être proportionnels ou fixes, et sont déterminés par des textes bien précis :

  • le tableau numéro 5 de l'annexe numéro 4-7 du Code de commerce, qui donne la référence de l'acte ;
  • l'arrêté du 26 février 2016, qui donne le tarif applicable, proportionnel ou fixe.

Bon à savoir : le tarif des notaires a de nouveau été actualisé le 28 février 2018, conformément à son article 1 qui dispose que « le présent arrêté fixe les tarifs des notaires pour une période transitoire de deux ans comprise entre le 1er mars 2016 et le 28 février 2018 ».

Les honoraires

Les prestations pour des actes qui ne figurent pas dans le décret du 26 février 2016 donnent lieu à une rémunération librement convenue entre le notaire et son client.

Outre les activités de conseil, depuis le 1er mars 2016, les activités de négociation immobilière et de transaction donnent désormais lieu à des versements d'honoraires. La fixation des honoraires donne lieu à une convention signée entre le notaire et son client.

Les remises et réductions

Depuis le décret du 26 février 2016, le notaire a le droit de pratiquer une remise plafonnée à 10 % sur le montant de ses honoraires ou émoluments.

Une précision importante s'impose cependant : cette remise doit être accordée à tous les clients de l'étude, sans distinction, et pas uniquement à un seul client.

Cette remise peut aller jusqu'à 40 % pour certains actes, s'ils portent sur des biens ou des droits d'une valeur importante.

Frais de notaire et donation : pas à chaque fois

La donation manuelle

Le donateur peut choisir de faire une donation manuelle, sans l'intervention du notaire, mais dans certains cas, il est conseillé, voire obligatoire, d'avoir recours à un notaire. Dans ce cas, le notaire doit être rémunéré.

Dans le cas d'une donation manuelle, c'est l'Administration fiscale qui détermine les droits de donation, et applique l'abattement adéquat.

Précisons que :

  • quand des époux mariés sous un régime de communauté donnent ensemble une somme d'argent à leur enfant, chacun est considéré comme donateur de la moitié de la somme d'argent. Le donataire bénéficie alors deux fois de l'abattement de 100 000 € applicable entre parent et enfant ;
  • quand la donation manuelle est inférieure ou égale à l'abattement, elle n'est alors pas taxable, mais un minimum de perception, fixé à 25 € selon les instructions fiscales, est perçu.

La donation familiale exonérée

Il existe un régime particulier d'exonération de droits pour les dons d'argent faits au moyen d'espèces, par chèque ou par virement, et consentis dans le cadre familial.

En effet, ce type de donation est exonéré de droits fiscaux à hauteur de 31 865 €. Ce plafond se renouvelle tous les 15 ans, et peut se cumuler avec les abattements de droit commun applicables selon le lien de parenté.

La donation familiale, qui ne nécessite pas l'intervention d'un notaire et n'est donc pas payante à ce titre, doit être déclarée au service des impôts du domicile du donataire dans le mois qui suit l'opération.

Il s'agit de donations réalisées au profit d'un enfant, d'un petit-enfant ou d'un arrière-petit-enfant ou, pour les personnes sans descendance, des donations à un neveu ou une nièce.

La seule obligation pour pouvoir bénéficier de l'exonération est que le donataire soit majeur ou mineur émancipé, et que le donateur ait moins de 80 ans.

Le mode de calcul des droits

Le tarif applicable

Lorsque le montant de la donation dépasse celui de l'abattement, le surplus est taxé à un tarif variable selon le degré de parenté entre le donateur et chaque donataire.

Le tarif applicable est le même quel que soit le type de donation (don manuel, donation notariée).

Les droits sont calculés sur la valeur du don manuel au jour de sa déclaration ou de son enregistrement, ou sur sa valeur au jour de la donation si celle-ci est supérieure.

Le tarif et les abattements applicables sont ceux en vigueur au jour de la déclaration ou de l'enregistrement du don manuel (article 757 du CGI).

Les réductions applicables

Pour les donations effectuées depuis le 1er janvier 2017, il n'y a plus de réduction applicable pour charge de famille (c'est-à-dire en fonction du nombre d'enfants).

Seules subsistent les réductions ci-après :

  • réduction de 305 € sur les droits à payer pour les mutilés de guerre atteints d'une invalidité de 50 % au minimum ;
  • réduction de 50 % sur les droits de mutation pour le bénéficiaire qui reçoit par donation des titres d'une société ou d'une entreprise individuelle, à la condition notamment que le donateur ait moins de 70 ans au moment de la donation.
Notez que depuis août 2011, il n'y a plus de réduction de droits liée à l'âge du donateur.

Calcul des frais de notaire pour une donation

Le coût de la donation notariée dépend principalement de la valeur du bien concerné.

Les émoluments sont fixés tel qu'il suit :

Frais de notaire pour une donation
Type de donation Valeur du bien Émoluments
Donation descendants et ascendants, donation partage Valeur du bien : moins de 6 500 € 4,931 %
Entre 6 500 et 17 000 € 2,034 %
Entre 17 000 et 60 000 € 1,356 %
Plus de 60 000 € 1,017 %
Donation de biens immatériels, don d'argent Valeur de l'actif : moins de 6 500 € 2,367 %
Entre 6 500 et 17 000 € 0,976 %
Entre 17 000 et 60 000 € 0,651 %
Plus de 60 000 € 0,488 %

Bon à savoir : lorsque la donation n'est pas acceptée par le bénéficiaire, les frais de notaire sont environ 1,5 fois moins élevés.

Besoin de calculer et connaitre vos frais de succession ?

Faire une simulation gratuite

Vous voulez organiser vos frais de succession ?

Faites une simulation gratuite !

Optimisez vos frais de succession.

Gratuit et sans engagement !



Pour aller plus loin


Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides

Tout le guide pratique succession

Tout le guide pratique