Règlement européen succession

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en décembre 2018

Sommaire

Dans le cas où le défunt possédait des biens dans différents États membres de l'Union européenne, le règlement européen n° 650/2012 du 4 juillet 2012 prévoit un critère de rattachement unique, celui de l'État membre sur le territoire duquel le défunt avait sa résidence habituelle au moment du décès. Ce règlement a pour effet de faciliter le règlement des successions internationales en évitant l'application de plusieurs lois nationales.

Ce règlement est d'application dans les États européens à l'exception du Danemark, du Royaume-Uni et de l'Irlande dans lesquels sont appliquées leurs propres règles de droit international relatives aux successions.

Faisons le point sur ce règlement européen de succession qui s’applique aux successions internationales ouvertes à compter du 17 août 2015.

Lire l'article Ooreka

Règlement européen : instauration d'un critère unique de règlement de succession

Le règlement instaure le principe d'unité successorale. Le critère étant le territoire de la dernière résidence habituelle du défunt, la loi applicable est celle du territoire de la dernière résidence habituelle du défunt. Mais le futur défunt peut décider l'application d'une autre loi par disposition testamentaire.

Règle de compétence : loi du territoire de la dernière résidence

La règle de compétence est la suivante : pour l'ensemble du règlement (vocation successorale, détermination des parts successorales, transfert des biens, droits et obligations...) de la succession du défunt, la loi applicable est celle du territoire de la dernière résidence habituelle du défunt.

Il peut même s'agir de la loi d'un État non-membre de l'Union européenne.

Peu importe donc que les biens soient mobiliers et/ou immobiliers, et peu importe leur lieu de situation.

Le règlement dispose toutefois qu'à titre exceptionnel, la loi d'un autre État peut être applicable si le défunt présentait des liens manifestement étroits avec un autre État que celui de sa dernière résidence habituelle.

Testament pour choisir l'application de la loi nationale

Cette règle de compétence peut en outre être écartée par le futur défunt lui-même. En effet, le citoyen européen résidant à l'étranger peut, par testament, choisir sa loi nationale (c'est-à-dire la loi d'un pays dont il a la nationalité) pour le règlement de sa succession plutôt que la loi de son pays de résidence.

Si le futur défunt a plusieurs nationalités, il peut choisir la loi du pays qui lui convient le mieux.

Par cette disposition, le futur défunt décide par avance de la répartition de ses biens à ses héritiers quel que soit le lieu de situation de ses biens.

Règlement européen de succession : création d'un certificat successoral européen

Toujours pour simplifier le règlement des successions internationales, le règlement européen de 2012 a créé un certificat successoral européen permettant à chacun de faire valoir son statut d'héritier, sans autre formalités.

Ce document peut être utilisé par les héritiers, les légataires et les exécuteurs testamentaires qui veulent justifier de leur qualité ou exercer leurs droits dans la succession dans un autre État membre. Ce certificat constitue la preuve de leur qualité d'héritiers et autres intéressés à la succession ainsi que de la quote-part à laquelle ils ont droit dans la succession.

Ce certificat est utile pour effectuer des paiements ou remettre des biens appartenant au défunt aux personnes désignées comme successeurs.

Ce certificat est un document rédigé, en France, par un notaire. Ce certificat fait foi et ne nécessite aucune autre formalité dans un autre État (pas de recherches, pas de traduction...).

Ce certificat successoral européen n'est pas obligatoire.

Compétence des juridictions et règlement européen de succession

Si un contentieux naît dans le cadre d'un règlement d'une succession internationale, la juridiction compétente est celle de l'État de la résidence habituelle du défunt.

Si le futur défunt a choisi par testament un autre État, la juridiction de cet État est, sous conditions, compétente.

Succession

Succession : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles pour faire les bons choix
  • Des conseils sur la gestion de l'indivision
Télécharger mon guide
1 Faire appel à un notaire pour régler la succession

Aussi dans la rubrique :

Faire appel à un notaire pour régler la succession

Sommaire

Avant de se lancer

Liquidation de succession

Déterminer si la présence d'un gestionnaire de la succession est prévue

Gestion succession

Ouverture des opérations successorales

Ouvrir une succession avec notaire

Recherche des dispositions de dernières volontés

Ouverture de testament Envoi en possession Délivrance de legs Fichier central des dispositions des dernières volontés

Évaluation de la consistance de la succession

Inventaire succession Recel de succession

Acceptation ou refus de la succession par les héritiers (option successorale)

Accepter ou refuser une succession ? 8 conseils pour se décider Renonciation à succession Accepter une succession à concurrence de l'actif net None

Établissement de l'acte de notoriété et recherche d'héritiers

Retrouver un héritier Acte de notoriété succession

Établissement de l’attestation de propriété ou du certificat de mutation

5 documents nécessaires pour la succession Certificat de mutation