Envoi en possession

Ooreka Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2018

Sommaire

  • Envoi en possession des légataires universels
  • Envoi en possession de l’État

L'envoi en possession constitue l'ensemble des formalités que certains successeurs doivent effectuer afin d'entrer en possession de ce qui leur revient.

Cette démarche doit être accomplie par le légataire universel institué par testament olographe ou mystique en l'absence d'héritiers réservataires ou, à défaut de successeur saisi ou d'héritier, par l’État.

La loi n° 2016-1547 du 18 novembre 2016 de modernisation de la justice du XXIe siècle a réformé l'envoi en possession du légataire universel. Nous faisons le point.

Envoi en possession des légataires universels

L'envoi en possession avant le 1er novembre 2017

Le légataire universel devait se faire connaître et adresser, au président du tribunal de grande instance (TGI) du ressort du lieu d'ouverture de la succession, une requête jointe à l'acte de dépôt du testament :

  • Le légataire universel est celui qui est voué à recevoir la totalité de la succession du défunt grâce à un testament préparé du vivant du disposant.
  • Les légataires particuliers ou à titre universel ne sont donc pas concernés par cette démarche. Ces derniers doivent demander la délivrance du legs.

Au vu de la complexité des formalités à accomplir, le recours à un avocat était indispensable.

Avant de demander l'envoi en possession, le légataire universel devait s'assurer de deux choses (article 1008 du Code civil) :

  • que le legs résulte d'un testament rédigé en la forme mystique ou olographe ;
  • l'absence d'héritier réservataire.

Si ces deux conditions étaient respectées, le légataire universel pouvait envoyer sa demande d'envoi en possession. Il s'agissait pour l'autorité judiciaire d'effectuer un contrôle de la validité du legs du disposant ayant rédigé un testament en faveur du légataire.

Le temps des opérations de contrôle ou des actions contentieuses, le président du TGI avait la possibilité d'ordonner la réalisation d'un inventaire des biens, l'apposition de scellés et la mise sous séquestre des biens.

Des mesures de protection du légataire pouvaient également intervenir.

Après vérification de la validité du legs, le président du TGI rendait une ordonnance d'envoi en possession, ce qui permettait au légataire de recueillir les biens de la succession.

Depuis le 1er novembre 2017

La loi n° 2016-1547 du 18 novembre 2016 de modernisation de la justice du XXIe siècle a abrogé l'article 1008 du Code civil : la longue et coûteuse procédure d'envoi en possession du légataire universel par le juge a été supprimée.

Désormais, en l'absence d'héritiers réservataires, le légataire universel institué par testament olographe ou mystique n'est plus automatiquement envoyé en possession.

C'est le notaire qui vérifie « les conditions de la saisine du légataire au regard du caractère universel de sa vocation et de l'absence d'héritiers réservataires. Il port(e) mention de ces vérifications sur le procès-verbal » (article 1007 du Code civil).

Dans le mois qui suit le procès-verbal d'ouverture du testament, le notaire adresse une copie authentique de celui-ci et une copie figurée du testament au greffier du tribunal de grande instance du lieu d'ouverture de la succession. Il assure une publicité au BODACC et dans un journal d'annonces légales.

Envoi en possession de l’État

En l'absence de légataire ou d'héritier, ou lorsque la succession est abandonnée (selon l'article 539 du Code civil), l’État devient de fait celui qui recueillera la succession. On dit dans ce cas qu'il y a déshérence.

Il est également soumis aux démarches d'envoi en possession afin d'accéder à la succession. Selon l'article 811-1 du Code civil, un inventaire doit être dressé. En revanche, l’État n'est pas contraint de régler au-delà de l'actif de la succession. Il ne paie que ce que lui permet d'honorer la valeur des biens.

Grâce à l'envoi en possession, l'État obtient la saisine, à l'instar des successibles ordinaires. La procédure est décrite au premier alinéa de l'article 1354 du Code de procédure civile.

L'État est représenté par l'Administration des Domaines lors des démarches d'envoi en possession.

Pour aller plus loin :

Succession : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles pour faire les bons choix
  • Des conseils sur la gestion de l'indivision
Télécharger mon guide
Succession
1 Faire appel à un notaire pour régler la succession

Ces articles concernent aussi l'étape "Faire appel à un notaire pour régler la succession" :

Voir les 58 articles

Aussi dans la rubrique :

Faire appel à un notaire pour régler la succession

Sommaire

Avant de se lancer

Liquidation de succession

Déterminer si la présence d'un gestionnaire de la succession est prévue

Gestion succession

Ouverture des opérations successorales

Ouvrir une succession avec notaire

Recherche des dispositions de dernières volontés

Ouverture de testament Envoi en possession Fichier central des dispositions des dernières volontés Délivrance de legs

Évaluation de la consistance de la succession

Recel de succession Inventaire succession

Acceptation ou refus de la succession par les héritiers (option successorale)

Accepter ou refuser une succession ? 8 conseils pour se décider None Renonciation à succession Accepter une succession à concurrence de l'actif net

Établissement de l'acte de notoriété et recherche d'héritiers

Retrouver un héritier Acte de notoriété succession

Établissement de l’attestation de propriété ou du certificat de mutation

5 documents nécessaires pour la succession Certificat de mutation